vendredi 5 juillet 2019

RENDEZ-VOUS SALARIAL FONCTION PUBLIQUE DU 2 JUILLET 2019 : TOUJOURS RIEN DE CONCRET EN MATIERE DE POUVOIR D'ACHAT

Le RV annuel salarial du 2 juillet, présidé par le secrétaire d’État à la fonction publique a, comme les années précédentes, abouti à fort peu de choses.
Le point d'indice reste gelé, et il en est ainsi depuis 2010, hormis 1.2 % en 2016-2017. A comparer avec une inflation supérieure à 10 % sur le total de la période 2010 - 2019.
Les accords PPCR se poursuivent, mais ce n'est là que l'application d'accords signés par 6 syndicats sur 9 (dont la CFTC) en 2015 (et malgré tout suspendu par l'actuel gouvernement en 2018)
La GIPA (garantie individuelle du pouvoir d'achat) est reconduite, comme chaque année depuis 2008, mais sans pour autant que cela devienne un droit établi.
Le complément indemnitaire annuel (CIA / prime de fin d'année) devient le bonus individuel universel (BIU). Selon le discours officiel, il permettrait "de moduler la politique salariale en fonction des objectifs individuels et collectifs, tout en distinguant les 2 démarches RH". Ce jargon technocratique nécessitera des explications de texte, assurément !
Bref, rien de nouveau sous le soleil. Ce RV n'est rien d'autre qu'une information descendante, sans discussion, sans perspective.

jeudi 27 juin 2019

Création des secrétariats généraux communs préfectures / DDI  : encore beaucoup de boulot pour espérer un résultat  !


Un nouveau projet de réorganisation émerge : les SGC (secrétariats généraux communs), conçus pour remédier aux carences nées de l’expérience des DDI (directions départementales interministérielles, créées en 2010). Il s’agirait d’une structure transversale regroupant les fonctions support des préfectures et des DDI, en vue d’une rationalisation et d’une harmonisation dans les domaines immobiliers, de gestions RH/régimes indemnitaires, d’actes de gestion, d’action sociale et de système d’information.


A l’origine, la mise en œuvre était prévue concomitamment à l’arrivée du nouveau programme 354 au 1er janvier 2020, qui est la fusion des programmes 333 (moyens mutualisés des services déconcentrés de l’État) et 307 (administration territoriale / préfecture). Mais un report d’au moins 6 mois est à prévoir, compte tenu de la complexité de l’affaire. A noter qu’un récent rapport des corps d’inspection met déjà en garde contre un projet qui n’aurait pour objectif que de faire des économies, sans autre recherche de résultats concrets dans les domaines évoqués.

lundi 17 juin 2019

Future réforme des retraites : attention à l'âge pivot et au système par points  !

Avant de connaître tous les détails d'un projet de réforme dont on annonce le possible report après les municipales (on n’est jamais trop prudent !), il y a déjà certains éléments rédhibitoires : ainsi, les pouvoirs publics préparent les esprits à la création d’un « âge pivot » (64 ans ?) en deçà duquel on aurait toujours le droit de partir (à compter de 62 ans) mais avec une décote automatique (quelle que soit la carrière faite). 
Si on ajoute à cela ne serait-ce que la notion de retraite par points et les incertitudes qui vont avec (notamment une valeur du point fixée par le gouvernement et pouvant évoluer au gré des contraintes économiques, y compris à la baisse), cela ne laisse rien présager de bon. Mais nous aurons l’occasion d’évoquer cet épineux dossier...

vendredi 15 mars 2019

La BIEP est remplacée par "PLACE DE L'EMPLOI PUBLIC"

La BIEP (bourse interministérielle de l'emploi public) a été remplacée récemment par le site "PLACE DE L'EMPLOI PUBLIC". La différence essentielle, c'est que le nouveau site traite des 3 versants de la fonction publique (FP Etat, FP hospitalière, FP territoriale). S'il est correctement alimenté, cela représentera un vrai progrès. 

mercredi 9 janvier 2019

RESTAURATION INTER ADMINISTRATIVE : LA CFTC-MI DEMANDE A L'ADMINISTRATION UNE HARMONISATION DE LA SUBVENTION PLATEAU A HAUTEUR DE 3.35 €

La CFTC-MI a officiellement demandé au ministère de l'intérieur, le 8 janvier 2019, de porter la subvention plateau dans les restaurants inter administrations à 3.35 €, afin de s'aligner sur la nouvelle subvention accordée aux DDI (directions départementales interministérielles), qui est de 3.35 € depuis octobre 2018. 
Dans beaucoup de préfectures, nous en sommes loin. Par exemple, elle est de 1.61 € à la préfecture de l'Essonne, ceci depuis longtemps. Encore un domaine où l'on ne tient nul compte de l'inflation et du pouvoir d'achat. 
Sans compter la question épineuse des agents de sous-préfectures, le plus souvent dépourvus de lieu de restauration collective de proximité. Dossier à suivre de près.

mardi 8 janvier 2019

RENFORCER L'ATTRACTIVITE DES SERVICES "ETRANGERS" EN PREFECTURE

Une instruction du ministère de l'intérieur, du 27 décembre 2018, vise à renforcer l'attractivité des services "étrangers" en préfecture. Plusieurs pistes sont ouvertes, portant sur les modalités du temps de  travail (prise en compte des pics d'activité, paiement d'heures supplémentaires), un régime indemnitaire adapté (revalorisation, notamment pour la prime de fin d'année / CIA, mais pas seulement), une formation adéquate, un accompagnement professionnel personnalisé (notamment en termes de parcours professionnels et de carrières).
Tout cela va évidemment dans le bon sens, à condition de le concrétiser vraiment et rapidement, ce que l'instruction du 27 décembre ne garantit pas, les conditionnels étant trop présents (par exemple, la mention "sous réserve des disponibilités budgétaires"). ATTENTION AUX FAUX ESPOIRS !

jeudi 3 janvier 2019

ELECTIONS PROFESSIONNELLES DE DECEMBRE : LA CFTC-MI VOUS REMERCIE !


Un grand merci à toutes les personnes qui ont fait confiance à la CFTC-MI à l'occasion des élections professionnelles de décembre. 
Un constat : dans un environnement où les organisations syndicales sont nombreuses et où il est difficile de se faire une place là où d'autres syndicats sont implantés depuis longtemps, la CFTC-MI n'en réalise pas moins de très beaux résultats là où elle est présente. Nous avons ainsi obtenu 31.89 % des suffrages à la préfecture de l'Essonne, ou encore 27.54 % à la préfecture de l'Isère. 
Être en mesure de toujours faire des propositions concrètes, mais savoir s'opposer quand cela est nécessaire (sans surenchère), telle est notre ligne de conduite.